Interview vuvuzela avec Romain Diaz de Satgana

Après avoir passé 5 ans en Afrique du Sud à jongler entre les postes de cofondateur au sein de jeunes pousses innovantes, Romain a décidé de prendre les problématiques sociales et environnementales du moment à bras le corps en apportant une solution aux start-ups à la recherche de soutien et de financement. C’est ça l’ADN de Satgana.

Le mot du Coach

Les objectifs de développement durable des Nations Unis sont au nombre de 17 et couvrent l’intégralité des challenges de notre époque, du premier et essentiel qui est la réutilisation et le transfert des objets existants (“Donnez ce que vous n’utilisez pas”) jusqu’au 17ème, celui qui nous invite à “faire pression sur les gouvernements” pour augmenter les fonds de financements envers les pays les plus pauvres, une action à laquelle nous pouvons tous participer, peu importe la taille du maillon.

Ce n’est pas une liste des choses essentielles que nous devrions songer à faire, c’est un credo, un parti-pris, un manifeste mondial des actions nécessaires pour faire basculer l’humanité du bon côté, celui de la justice et de l’équité sociale, de la préservation des ressources, de l’exemplarité pour les générations futures.

Les Droits de l’Homme et de la Femme, la préservation des ressources, le financement d’infrastructures de base, c’est ce cri à la résistance qui anime de nombreux entrepreneurs, qui se tournent vers “l’impact”. Romain Diaz nous en présente une vision personnelle, celle du support aux entrepreneurs, afin de convertir les occasions en buts et de faire d’une petite structure un grand champion.

Entretien avec Romain ;

C’est l’approche humaine, l’humilité et la patience qui animent ce jeune homme de 31 ans qui font de Satgana un projet convaincant. Si “chaque pas est un but”, ce grand pas que nous propose Satgana oeuvre vers un but qui en convaincra beaucoup, nous les premiers.

Bonjour Romain, est ce que vous pouvez vous présenter en quelques mots et nous parler de votre projet ?

Je m’appelle Romain Diaz, entrepreneur français et espagnol de 31 ans. Je suis le fondateur de Satgana, une société de capital-risque internationale dont la mission est de lancer et de financer des start-ups qui répondent aux défis sociaux et environnementaux les plus urgents de notre époque.

Laissez moi vous raconter une anecdote : Je n’ai jamais rencontré la plupart des personnes qui sont mes partenaires commerciaux et qui le seront pour les nombreuses années à venir.

Qu’est ce qui vous a motivé à lancer un projet en ces temps compliqués ?

Avec le temps, je me suis rendu compte que notre société ne pouvait plus continuer à faire les choses comme elle les avait toujours faites, au risque de ne bientôt plus pouvoir vivre dans ce monde devenu inhabitable.

J’avais déjà en tête cette idée de créer une organisation à l’échelle mondiale qui permettrait de lancer des startups à distance pour relever ces défis.

Malgré tous les effets dévastateurs de La COVID-19 sur l’économie et la vie des gens, elle nous a permis d’ouvrir le score, en permettant le travail à distance et en favorisant la prise de conscience de la société en faveur de la durabilité et de la justice sociale.

Notre vision n’a jamais été aussi convaincante qu’aujourd’hui.

Dites-nous en plus sur votre projet

Satgana est un créateur d’entreprise mondial qui vise à combler le fossé de “la vallée de la mort” des start-ups, c’est-à-dire entre les grandes idées et les entreprises susceptibles d’être financées par des investisseurs traditionnels.

Notre objectif est de soutenir financièrement les entrepreneurs dès le stade de l’idée, à condition que le projet soit mené par un entrepreneur compétent et motivé, ayant une vision claire, une voie vers l’échelle commerciale et un véritable impact sur un ou plusieurs des objectifs de développement durable des Nations Unies.

Quel est votre sentiment ainsi que le retour de vos clients actuellement ?

On commence à recevoir de très bonnes propositions de la part d’entrepreneurs qui veulent lancer leur entreprise avec nous, ainsi que d’investisseurs qui souhaitent mettre leurs capitaux à profit pour obtenir un rendement financier tout en tenant compte de l’impact social et environnemental.

Quel rôle a joué la technologie dans votre lancement ?

La technologie est l’ossature de notre modèle de fonctionnement, qu’il s’agisse d’être une entreprise entièrement à distance ou de lancer des start-ups technologiques. Aujourd’hui, la technologie joue un rôle moteur dans notre proposition de valeur en tant qu’entreprise, mais également en tant qu’acteur du changement.

Quelles tendances de marché observez-vous depuis le début de la pandémie ?

La gouvernance environnementale et sociale (ESG) est clairement l’une des tendances les plus intéressantes que nous observons. Et ce n’est que le début, avec des consommateurs de plus en plus exigeants, des réglementations plus strictes, une pression croissante des actionnaires et des talents motivés, cela ne fera que s’accentuer dans les années à venir.

Quel conseil pourriez-vous donner à ceux qui ont besoin de se réinventer à cause de la crise ?

Embrassez les tendances inévitables de la société à long terme et essayez de trouver des moyens de vous rendre pertinent dans ces domaines. Ou peut-être envisager la voie entrepreneuriale ? Sachez simplement que ce n’est pas facile.

C’est incroyablement gratifiant, mais aussi incroyablement difficile. Si vous choisissez de le faire, apprenez à écouter attentivement le marché, mais aussi à ignorer les opposants, à suivre votre intuition et votre vision et à travailler très dur, avec une intégrité immuable, pour en faire une réalité.

Y a-t-il une information importante que nous avons raté durant cette crise ?

Si vous êtes un entrepreneur souhaitant proposer une idée, même succincte, pour une start-up commercialement durable et ayant pour mission de rendre ce monde un peu meilleur, contactez-moi !

Author avatar
Lee H
http://linkedin.com/in/leehobeika
Sales & Operations Expert
We use cookies to give you the best experience.